From Pollution to Solution in Six African Cities (French Version)

Nov 23, 2023
  • Description

La pollution de l'air est un véritable fléau silencieux pour l'Afrique. Chaque année, l'air pollué tue plus d'Africains que l'eau insalubre, l'assainissement et le lavage des mains combinés. En plus du million d'Africains qui meurent chaque année de la pollution de l'air provenant de sources intérieures et extérieures, des millions d'autres vies doivent vivre avec ses conséquences dévastatrices. La situation est bien pire dans les villes, où les activités hautement polluantes nuisent à la santé des habitants et à l'économie. Une étude réalisée par Dalberg Advisors pour le Clean Air Fund révèle que si rien n'est fait, la pollution de l'air coûtera collectivement à Accra, au Caire, à Johannesburg, à Lagos, à Nairobi et à Yaoundé environ 138 milliards de dollars US en décès prématurés et en absentéisme des travailleurs d'ici à 2040, ce qui représente 8 % de leurs PIB actuels combinés.

L'urbanisation rapide du continent ne devrait pas se faire au détriment de la santé de ses citoyens. Les villes africaines peuvent opter pour une croissance verte, dans laquelle les investissements visant à lutter contre les principales sources de pollution atmosphérique contribuent à améliorer la productivité des travailleurs et les budgets nationaux de santé, et à créer des lieux de vie sains, équitables et prospères. Les gouvernements africains prennent de plus en plus conscience de l'importance cruciale de ce défi. L'Évaluation environnementale intégrée en Afrique présente les mesures nécessaires pour parvenir à une croissance verte, mais la mise en œuvre de ce projet pour l'Afrique nécessite une action plus globale, coordonnée et à plus grande échelle. Cette analyse indique que dans les six villes étudiées, des mesures prises aujourd'hui pourraient permettre d'éviter 109 000 décès prématurés et la perte de 19 milliards de dollars US d'ici à 2040.

Se fondant sur des études de cas de meilleures pratiques à travers le continent africain, cette note stratégique formule des recommandations susceptibles d'aider les gouvernements à favoriser une croissance économique verte en milieu urbain. Pour relever ce défi, il est essentiel d'investir dans la bonne gouvernance et la législation, d'améliorer le suivi de la qualité de l'air, de mener des politiques de réduction des émissions scientifiquement fondées, de mettre en place des modèles de partenariat et des formations efficaces, et d'améliorer l'accès au financement de la lutte contre le changement climatique. Ces recommandations représentent la première étape de conception et de mise en œuvre d'actions adaptées au niveau local que les gouvernements doivent prendre en compte.

Air pollution is Africa's silent killer. Each year, air pollution kills more Africans than HIV / AIDS and malaria combined. In addition to the 1 million Africans who die from diseases caused by indoor and outdoor sources of air pollution annually, millions more have to live with its devastating consequences. This problem is worse in cities, where highly polluting activities stunt the health of both their residents and economies. Analysis undertaken for the Clean Air Fund by Dalberg Advisors finds that left unchecked, air pollution will collectively cost Accra, Cairo, Johannesburg, Lagos, Nairobi and Yaoundé an estimated US$138bn in premature deaths and worker absenteeism by 2040, equivalent to 8% of their current combined GDPs.

The continent's rapid urban growth should not come at the expense of the health of its citizens. African cities can choose to put themselves on the path of green growth, in which investments to tackle the major sources of air pollution bring about benefits to worker productivity, national health budgets and help create healthy, equitable and prosperous places to live. African governments are increasingly aware of this challenge. The Africa Integrated Assessment outlines the steps needed to reach green growth, but realising this blueprint for Africa requires more comprehensive, coordinated and scaled action. This analysis shows that across the six case study cities, actions taken today could prevent 109,000 premature deaths and prevent the loss of US$19bn by 2040.

Drawing on best-practice case studies from across the African continent, this policy brief lays out recommendations that can help governments unleash green urban economic growth. Investments in good governance and legislation, better air quality monitoring, evidence-based emission reduction policies, effective partnership models and training, and improved access to climate financing are essential to meeting this challenge. These recommendations represent the first step for governments to consider as they design and deliver locally-tailored action.